Un restaurateur condamné pour travail dissimulé

À Rodez, les portes de ce restaurant du quartier de la gare sont aujourd’hui fermées. L’entreprise n’a pas supporté les diverses fermetures liées au confinement sanitaire… Pourtant, la justice n’a pas oublié les quelques années d’existence de cet établissement. Son gérant était attendu au tribunal de Rodez mercredi 5 janvier 2022 pour répondre de faits de travail dissimulé. Entre 2019 et 2020, l’inspection du travail a réalisé trois contrôles inopinés dans la brasserie. À chaque fois, le gérant était absent. En revanche, derrière le comptoir ou en cuisine, les inspecteurs ont retrouvé son fils ou des proches. Aucun n’est déclaré. « On était là pour dépanner », témoignent-ils, évoquant des soucis de santé du gérant.

« Un restaurateur comme on n’en fait plus »

Ce dernier, absent du tribunal lors de l’audience, reconnaîtra d’ailleurs avoir eu recours « exceptionnellement » à ces « extras » par nécessité et contre aucune rémunération. Son avocat, l’ancien bâtonnier du barreau d’Albi Maître Michel Albarède, a reconnu les erreurs de son client « un restaurateur comme on n’en fait plus, parfois hors des normes comme on pouvait le voir à une certaine époque… De par ce comportement, l’inspection du travail l’avait dans le viseur »

Pour lire la suite, source Centre Presse Aveyron

Retour haut de page